Tendances actuelles Défauts de naissance causés par l’isotrétinoïne — New Jersey

Les personnes utilisant une technologie d’assistance peuvent ne pas être en mesure d’accéder pleinement aux informations de ce fichier. Pour obtenir de l’aide, veuillez envoyer un courriel à : [email protected] Tapez 508 Accommodation et le titre du rapport dans l’objet du courriel.

Entre juin 1983 et janvier 1987, quatre nourrissons atteints d’isotrétinoïneembryopathie sont nés dans le New Jersey. L’embryopathie de l’isotrétinoïne consiste en de graves malformations congénitales associées à l’exposition, au cours du premier trimestre, au rétinoïde synthétique isotrétinoïne (AccutaneTM*, Roche Laboratories, A Division of Hoffmann-La Roche, Inc.), utilisé pour traiter l’acné kystique grave et récalcitrante. Deux des cas ont été signalés au NewJersey Birth Defects Registry. Un troisième cas a été décrit dans la littérature pédiatrique (1). Le quatrième a été identifié par un astératologue qui étudie actuellement des cas d’embryopathie due à l’isotrétinoïne aux États-Unis (Massachusetts General Hospital, données non publiées). Ces cas sont similaires à un plus grand nombre de cas qui ont été signalés à la Food and Drug Administration (FDA) dans toutes les régions des États-Unis.

Cas 1 : En juin 1983, un nourrisson de sexe féminin de 1 260 g et de 30 semaines de gestation est né d’une femme de 22 ans n’ayant jamais eu de grossesse auparavant. La femme avait pris de l’isotrétinoïne pendant 8 jours alors qu’elle était enceinte de 4 à 6 semaines. Le traitement à l’isotrétinoïne avait été arrêté lorsque la femme a appris qu’elle était enceinte. À la naissance, l’enfant présentait une microcéphalie, une microphtalmie bilatérale et des épines rudimentaires bilatérales. Elle est décédée le 28e jour de vie. L’examen post-mortem a révélé une lissencéphalie, des pavillons rudimentaires, une communication interauriculaire, une communication interventriculaire, un canal artériel persistant et une crosse aortique interrompue (1).

Cas 2 : En juin 1985, un enfant mâle à terme pesant 2 760 g est né d’une femme de 22 ans qui avait pris de l’isotrétinoïne pendant les premières semaines de gestation. Elle avait été informée du risque de malformations congénitales dues à la drogue et avait choisi de mener sa grossesse à terme. Le nourrisson présentait une micrognathie, une dysmorphie faciale, des lobes d’oreilles manquants, une malformation de type Dandy-Walker, ainsi qu’une déficience auditive et visuelle.Il présente aujourd’hui un retard mental sévère et un retard de développement et doit être placé en institution.

Cas 3 : En septembre 1986, un nourrisson de sexe masculin de 27 semaines de gestation est né d’une femme qui avait pris de l’isotrétinoïne pendant le deuxième mois de gestation. Le nourrisson avait des oreilles externes dysplasiques et une hydrocéphalie, qui a été traitée par une dérivation ventriculo-péritonéale. Cetteabnormalité serait secondaire à une hémorragie intraventriculaire pendant la période néonatale précoce.

Cas 4 : En janvier 1987, un enfant mâle à terme pesant 3 558 g est né avec des oreilles dysplasiques et une perte d’audition. Sa mère avait été traitée à l’isotrétinoïne au cours du premier trimestre de la grossesse.Rapporté par : M Knapp, MSN, RN, Special Child Health Svcs and NewJersey Birth Defects Registry ; New Jersey State Dept of Health. BirthDefects and Genetic Diseases Br, Div of Birth Defects andDevelopmental Disabilities, Center for Environmental Health and InjuryControl, CDC.

Note de la rédaction

Note de la rédaction :

L’isotrétinoïne a été reconnue comme tératogène pour les animaux avant sa première commercialisation en septembre 1982. Elle a donc été classée par la FDA dans la catégorie X, contre-indiquée pendant la grossesse. Une déclaration à cet effet était incluse dans la notice.

En juin 1983, la tératogénicité humaine a été signalée à la FDA et au public (2). Des rapports ultérieurs ont documenté une forte association entre un groupe caractéristique de malformations congénitales et l’exposition à l’isotrétinoïne pendant les premières semaines de gestation (3,4). Ces malformations comprennent les malformations de l’oreille externe, la fente palatine, la micrognathie, les malformations cardiaques conotronculaires, les malformations septales ventriculaires, les malformations de l’arc aortique et certaines malformations cérébrales (3). Dans une étude de suivi prospective, huit des 36 grossesses exposées à l’isotrétinoïne ont donné lieu à des avortements spontanés au cours du premier trimestre ; quatre ont donné naissance à des enfants vivants présentant au moins une malformation majeure ; un enfant mort-né malformé ; et 23 à des enfants sans malformation majeure (3). Cette étude a révélé un risque relatif de25,6 (intervalle de confiance à 95%, 11,4 à 57,5) pour les malformationsassociées à l’embryopathie de l’isotrétinoïne.

Des anomalies congénitales humaines ont également été observées après une exposition prénatale à l’étrétinate (TegisonTM**, Roche Laboratories, A Division ofHoffmann-La Roche, Inc.), un médicament approuvé en octobre 1986 pour le traitement du psoriasis sévère et récalcitrant (2). L’érétinate est également classé dans la catégorie X. Des concentrations sériques mesurables de ce médicament ont été documentées plus de 2 ans après l’arrêt du traitement(5), et le risque de tératogénicité peut se prolonger pendant une période indéfinie après le traitement (6).

L’embryopathie de l’isotrétinoïne est un syndrome évitable, et le nombre de nourrissons nés avec ces problèmes peut être réduit en suivant les lignes directrices développées en coopération par la FDA et le fabricant,Hoffmann-La Roche, Inc. Ces informations sont distribuées sous la forme de notices d’emballage et de dépliants d’information destinés aux patients. Les informations actuelles sur la prescription d’AccutaneTM et de TegisonTM ont été publiées dans le Physicians’ Desk Reference de 1988 (7). Un résumé de ces directives est présenté ci-dessous :

  1. L’isotrétinoïne et l’étrétinate ne doivent pas être utilisés par les femmes qui sont enceintes ou qui peuvent devenir enceintes pendant le traitement.

    1. La grossesse doit être exclue avant le début du traitement. La meilleure façon de prendre cette précaution est d’obtenir un test de grossesse négatif au plus tard 2 semaines avant le début du traitement et de commencer le traitement le deuxième ou le troisième jour de la prochaine période menstruelle normale de la patiente.

    2. Une forme efficace de contraception doit être utilisée pendant au moins 1 mois avant le début du traitement.

    3. Les femmes qui ont reçu de l’isotrétinoïne doivent continuer à utiliser une forme efficace de contraception pendant 1 mois après l’arrêt du traitement.

    4. La période pendant laquelle une grossesse doit être évitée après l’arrêt du traitement n’a pas été déterminée pour les femmes ayant reçu de l’étrétinate.

    5. Les patientes doivent être informées du risque de malformations congénitales majeures associées à une exposition à l’isotrétinoïne ou à l’étrétinate au premier trimestre. Si une grossesse survient pendant le traitement (ou après le traitement, dans le cas de l’étrétinate), la femme doit consulter son médecin sur la gestion de sa grossesse. En outre, il convient de conseiller aux patientes de ne pas partager ces médicaments sur ordonnance avec des amis ou des membres de leur famille.

    On ne peut s’attendre à ce que l’approche suggérée par ces lignes directrices prévienne toutes les expositions du fœtus. On peut s’attendre à ce que les nourrissons naissent avec des malformations causées par des expositions au premier trimestre aux rétinoïdes synthétiques isotrétinoïne et étrétinate tant que ces médicaments seront disponibles.

    1. de la Cruz E, Sun S, Vangvanichyakorn K, Desposito F. Multiple congenital malformations associated with maternal isotretinoin therapy. Pediatrics 1984;74:428-30.

    2. Rosa FW, Wilk AL, Kelsey FO. Mise à jour sur les tératogènes : congénères de la vitamine A. Teratology 1986 ; 33:355-64.

    3. Lammer EJ, Chen DT, Hoar RM, et al. Embryopathie de l’acide rétinoïque. N Engl J Med 1985 ; 313:837-41.
    4. Rosa FW. Tératogénicité de l’isotrétinoïne (Lettre). Lancet 1983;2:513.

    5. Food and Drug Administration. Etretinate approuvé. FDA Drug Bull 1986;16:16-7.

    6. Les Laboratoires Roche. Marque Tegison d’etrétinate/gélules Roche (notice d’emballage). Nutley, New Jersey : Hoffmann-La Roche, Laboratoires Roche, 1986.

    7. Medical Economics Company. Physicians’ desk reference. 42e éd. Oradell, New Jersey : Medical Economics Company, 1988:1705,1746. *L’utilisation de noms commerciaux est uniquement à des fins d’identification et n’implique pas l’approbation du Département américain de la santé et des services sociaux ou du Service de santé publique. **L’utilisation des noms commerciaux est uniquement à des fins d’identification et n’implique pas l’approbation par le Département américain de la santé et des services sociaux ou le Service de santé publique.

    Disclaimer Tous les documents MMWR HTML publiés avant janvier 1993 sont des conversions électroniques de texte ASCII en HTML. Cette conversion peut avoir entraîné des erreurs de traduction de caractères ou de format dans la version HTML. Les utilisateurs ne doivent pas se fier à ce document HTML, mais se reporter à la version papier originale du MMWR pour le texte, les figures et les tableaux officiels. Une copie papier originale de ce numéro peut être obtenue auprès du Superintendent of Documents, U.S. Government Printing Office (GPO), Washington, DC 20402-9371 ; téléphone : (202) 512-1800. Contactez le GPO pour connaître les prix actuels.

    **Les questions ou messages concernant des erreurs de formatage doivent être adressés à [email protected]

    Page convertie : 08/05/98

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *